mardi 8 mai 2018

Syphilis@BSS

Une sélection du fonds patrimonial de la Bibliothèque des sciences de la santé

L’exposition « Syphilis, la grande simulatrice » est une opportunité pour la Bibliothèque des sciences de la santé de collaborer avec le Musée de la médecine en mettant en valeur une sélection de livres de son fonds ancien et patrimonial, héritage des pères fondateurs de la faculté de médecine lorsque celle-ci s’appelait encore l’Ecole de médecine de Bruxelles, il y a plus de deux siècles maintenant. 

Le saviez-vous ? 

L’hôpital Saint-Pierre et l’hôpital Saint Jean (dénommé respectivement le Grand et Petit Hospice) étaient les lieux de soins et d’enseignement. Ils disposaient d’une bibliothèque médicale qui resta indépendante et autonome à la création de l’Université (1834). Elle ne fusionnera avec la Bibliothèque centrale de l’Université que trente ans plus tard en 1867. C’est ainsi que notre bibliothèque actuelle peut s’enorgueillir d’avoir ces ouvrages extraordinaires que sont les Vésale et les Bernhard Siegfried Albinus…, entre autres.  

Mais revenons à la syphilis. 

Trois vitrines avec trois thématiques différentes vous attendent dans la grande salle de lecture du bâtiment D : la maladie, son traitement et son histoire (pour une aperçu complet , nous vous renvoyons à la visite de l’exposition au musée ou à la lecture de son catalogue.


La sélection des livres s’est faite en partie sur des critères visuels (planches, plan d’établissement thermal, page d’avant-titre, etc.) mais aussi insolites comme ces recettes de décoction et d’onguents dont la composition évoque des remèdes de sorcières.   

Un choix de planches nous présente les signes de la maladie. 

Le grand public connaît les spectaculaires chancres syphilitiques, il connaît moins les Colliers de Vénus. Quelle bien poétique dénomination ! 

Non, vous ne verrez pas une acrobatie du Kâma-Sûtra mais bien une syphilide pigmentaire extraite des Leçons cliniques d’Albert Fournier, manifestation dermatologique d’une syphilis secondaire. Nous étions au dernier quart du XIXème siècle, la science pensait alors qu’il s’agissait d’un virus.
Quelques années plus tard, le vrai responsable sera démasqué ! 

Nous le voyons sur une autre planche qui nous présente les signes biologiques visibles dans les analyses sanguines : des micro-organismes en forme de filaments spiralés caractéristiques du Tréponème pâle, la fameuse bactérie enfin découverte.   

Reprendre en main des ouvrages d’un fonds patrimonial amène également son lot de surprises. Quelle ne fut pas la nôtre en découvrant des notes manuscrites dans un livre ayant appartenu au professeur Guillaume Rommelaere ! (professeur d’anatomie et doyen de la faculté de médecine). 

Seraient-elles de sa main ?

Une analyse graphologique serait nécessaire pour le déterminer. En attendant elles sont le témoin des interrogations d’un médecin à propos des tentatives de création de vaccin contre la maladie.
Et du côté des romans de la section Medical Humanities

On relira le passage de l'Éruption étoilée parmi les Récits d’un jeune médecin de Mikhaïl Boulgakov qui nous transmet sa rage de vaincre cette terrible maladie qui a fait tant de ravages auprès des populations vulnérables comme les enfants des campagnes russes à la fin du XIXème siècle.
Enregistrer un commentaire