Twitter - Bibliothèques ULB

jeudi 10 novembre 2011

Désabonnement de revues en anthropologie : engager la réflexion sur le coût de la diffusion de la recherche par des éditeurs commerciaux

Plusieurs enseignants-chercheurs en anthropologie de l’Université libre de Bruxelles (ULB) ont demandé aux bibliothèques de résilier l’abonnement à trois revues publiées par Taylor and Francis, et facturées trois à quatre fois plus cher que les meilleures revues du champ. Ces revues, History and Anthropology, Visual Anthropology et Social Identities, ne seront donc plus lues à l’ULB en raison de leur prix excessif. Ces résiliations ont été accompagnées de lettres adressées aux éditeurs scientifiques et aux comités éditoriaux de ces revues, leur exposant les raisons de notre décision. Les sommes ainsi épargnées seront utilisées par les bibliothèques pour acquérir de nouvelles ressources documentaires de prix plus équitable.

Nous considérons en effet que la diffusion de la recherche par l’intermédiaire d’éditeurs commerciaux agressifs qui mettent sous pression les finances des universités et des institutions scientifiques n’est plus acceptable. De tels partenariats mènent à la privatisation indue des résultats d’une recherche qui, dans les sciences humaines et sociales européennes tout au moins, reste largement financée par des moyens publics, et réduisent ainsi de manière significative la diffusion des connaissances, en particulier en direction des pays du Sud. Combien de temps encore le monde académique consentira-t-il à se laisser déposséder des instruments de diffusion des savoirs produits en son sein, au plus grand bénéfice de multinationales de l’édition scientifique ?

Un tel modèle économique de diffusion de la recherche n’est pas une fatalité. Des alternatives existent. Elles passent en particulier par le recours à des éditions universitaires non orientées vers le profit, et bien entendu par les politiques d’open access. C’est dans ces voies que nous voudrions encourager nos collègues à s’engager.


Joël Noret
Directeur du LAMC


Enregistrer un commentaire