Twitter - Bibliothèques ULB

jeudi 25 novembre 2010

Moins de bruit SVP ! Où sont les espaces de travail de groupe


La fréquentation des bibliothèques ne cesse de croître et les usages se diversifient. Le travail en petites groupes sur des projets fait désormais partie de la pédagogie universitaire et les étudiants viennent à la bibliothèque à la recherche de lieux où travailler ensemble, discuter, échanger, quand d’autres y viennent pour étudier ou faire des recherches dans le calme. Ces différentes pratiques sont parfois peu compatibles entre elles dans un même lieu. « Trop de bruit » et « manque d’espace de travail de groupe » sont des résultats saillants de l’enquête Qualité menée aux bibliothèques de l’ULB en 2009. Prenant ces évolutions en compte, les bibliothèques ont commencé à aménager leurs espaces de travail  en zones où des niveaux sonores différents sont acceptés et une nouvelle signalétique permet de distinguer les usages.
  • A la bibliothèque des sciences humaines, l’ancienne salle d’étude du niveau 2 a été équipée de tables rondes et transformée en Espace Groupe. Les espaces de travail individuel aux étages sont désormais des zones de silence.
  • À la bibliothèque de droit, deux zones sont destinées au travail en groupe. Afin de diminuer les nuisances sonores, un projet d’isolation phonique de ces deux espaces est à l’étude. Le séminaire, entièrement rénové, est depuis toujours un espace de travail silencieux. 
  • À la bibliothèque des sciences et techniques, un espace pour le travail de groupe va être aménagé au niveau -1. 
  • À la bibliothèque des sciences de la santé, les tables rondes dans la section des périodiques sont propices au travail en groupe, alors que le séminaire est naturellement destiné au travail en silence. 
Bibliothèque des Sciences Humaines - Niveau 2
Les besoins d’espaces de travail et d’étude vont croissant, parallèlement à la population estudiantine. Les bibliothèques examinent diverses pistes pour améliorer et augmenter les espaces de vie et de travail dans les bibliothèques : il s'agit de gagner de nouvelles surfaces de travail en dématérialisant les collections de périodiques par l’achat d’archives électroniques, retrait du libre accès des périodiques accessibles au format électronique, conservation partagée des collections en collaboration avec les universités francophones de Belgique, recherche d’un silo délocalisé pour stocker des collections semi-vivantes et les périodiques accessibles au format électronique…



Agir pour améliorer la qualité des services des bibliothèques.
Enregistrer un commentaire