Twitter - Bibliothèques ULB

jeudi 11 février 2010

Du nouveau dans DI-fusion : présentation de la version 1.1 !

Après l’encodage par les chercheurs et les Archives & Bibliothèques de l’ULB de plus de 24800 références (dont 3432 textes complets, soit 13.8% des références encodées), il était temps d’insuffler du neuf dans les interfaces de recherche et d’encodage… c’est chose faite avec la version 1.1 tout juste lancée !

Au menu des nouveautés :
dans l’interface d’encodage :
  • import automatisé des références PubMed dans DI-fusion : particulièrement plébiscité par les chercheurs des sciences médicales et biomédicales, cette fonction permet d’importer facilement les publications décrites dans PubMed à partir de leurs PubMedID. ATTENTION : pour l'instant, cela fonctionne parfaitement avec Firefox mais l'importation dans Internet Explorer est plus aléatoire... nous travaillons actuellement à résoudre ce problème.
  • (petites) améliorations comme la recherche des noms d’auteurs devenue plus intuitive, l'augmentation du nombre de caractères disponible pour encoder certains champs, la désactivation de l’interface en anglais qui n’est pas encore finalisée…

dans l’interface de recherche :
  • sur la page d’accueil : affichage des trois dernières publications encodées, possibilité de s’abonner au flux RSS des 50 derniers dépôts ou d’afficher les publications de DI-fusion triées par date d’encodage descendante
  • le tri des références par titre fonctionne maintenant parfaitement… et il n’est plus nécessaire d’attendre le lendemain pour voir les références nouvellement encodées, elles sont dorénavant visibles après environ 1h
  • statistiques d’usage (nombre de téléchargement des textes complets) par référence : accessibles en consultation de la référence détaillée lorsqu’elles arborent un texte complet en accès Internet ou Intranet, dans l’onglet supplémentaire STATISTIQUES
  • de (vraies !) URL permanentes pour les références via le handle (qui garanti la pérennité du lien de la publication dans le temps, même en cas de changement de logiciel ou autre). Vous pouvez les retrouver à la fois dans l’outil Cite this qui donne une citation au format APA de la publication que vous consultez, et dans le tout nouveau Bookmark this qui vous permet d’ajouter des références aux favoris de votre navigateur préféré (accessibles lorsque la référence détaillée est visualisée).
L’exportation des références dans Zotero a également été améliorée : DI-fusion utilise l’API (imparfait) proposé par l’équipe de Zotero pour y exporter les références encodées dans DI-fusion. Sont exportés : les titre, sous-titre et n° de volume (dans le champ Titre de Zotero), les codes CREF et JEL (champ Numéro d’appel), le 1er éditeur de la référence, le statut de la publication et la note générale en sous-dossier ; les références sont reconnues comme des articles.

Plutôt que de créer un API-maison qui permettrait une exportation plus efficiente des références dans Zotero, nous avons choisi de porter d’abord nos efforts sur l’exportation des références de DI-fusion au format RIS : compatible avec la plupart des logiciels bibliographiques, cette nouvelle fonction permettra d’exporter des listes de références sans devoir toutes les faire afficher à l’écran (ce qui est nécessaire pour pouvoir les exporter dans Zotero)… et Zotero est également compatible avec RIS !

D’autres développements suivront : la distinction de tous les types de documents dans l’interface de recherche (et dans les listes de publication au format rtf) – pour le moment, par exemple, les articles avec comité de lecture et ceux sans comité de lecture y sont repris en tant qu’articles –, amélioration de l’écran d’accueil de l’interface d’encodage (p.e. inclusion d’un moteur de recherche dans ses propres publications plutôt que de faire afficher la liste complète), intégration du résolveur de lien Vlink pour retrouver facilement les éventuelles versions des publications auxquelles la Communauté universitaire de l’ULB a accès via de l’open access ou par abonnement, l’importation dans DI-fusion de références d’autres plateformes lorsqu’elles sont au format RIS


Pour en savoir plus à propos de DI-Fusion, n’hésitez pas à surfer sur les pages web qui lui sont dédiées, ou sur les billets du blog consacrés aux dépôts institutionnels.
Enregistrer un commentaire