Twitter - Bibliothèques ULB

lundi 17 novembre 2014

Open Access Week 2014 : Open FP7-Horizon 2020 en pratique

Après une contextualisation de l’Open Access tel qu’il est perçu à la Commission européenne, Mme Ramjoué a rappelé les différents axes sur lesquels l’effort est actuellement porté à la Commission… et ce qui a déjà été réalisé concrètement :

-    mise en œuvre de la plateforme ouverte OpenAIRE, dans laquelle il est possible de déposer les résultats des recherches financées par la Commission européenne, pour les chercheurs dont l’institution n’a pas encore de dépôt institutionnel.
A noter : les chercheurs de l’ULB doivent simplement déposer le produit de leur recherche financé par la Commission dans DI-fusion, lequel est moissonné par OpenAIRE (publications de DI-fusion reprises dans OpenAIRE)
-    collaboration avec les états membres afin de les inciter à définir des politiques OA…

Les exigences de la Commission concernant le produit de la Recherche qu’elle finance, à partir de 2014, sont les suivantes, pour les chercheurs de l’ULB :
1)    la description bibliographique des articles parus dans des revues scientifiques produits dans le cadre d’un financement européen doit être encodée dans DI-fusion
2)    le texte de l’article, au minimum dans sa version postprint, doit obligatoirement être déposé dans DI-fusion, en lui assurant un accès Internet après 6 mois ; et après 12 mois pour les Sciences humaines. Y compris si la publication est produite dans le cadre d’un modèle gold (c’est-à-dire publié dans une revue en Open Access). Le dépôt des fichiers d’ouvrages et parties d’ouvrage est encouragé…
A noter : il suffit pour cela de déposer le fichier dans DI-fusion, en choisissant déjà, le cas échéant, la période d’embargo. De la sorte, le fichier devient disponible après expiration de cet embargo, sans autre action requise de la part du chercheur
La Commission européenne :

  • encourage par ailleurs le dépôt des données de la recherche  de façon à ce qu’elles puissent être accédées, indexées, exploitées, reproduites et disséminées sans coût supplémentaire à la charge de l’utilisateur
  • autorise l’imputation des coûts d’une publication en Open Access sur le budget de fonctionnement  alloué à son projet pendant la durée du projet. La commission réfléchit actuellement à un pilote qui permettrait de financer également le produit de la recherche financé par la Commission après la fin du projet
  • encourage les auteurs à conserver leurs droits d’auteurs, par exemple via l’usage des licences Creative Commons.
Plus d’informations ? Voir les Guidelines on OA to Scientific Publications and Research Data in Horizon 2020.

Par ailleurs, la Commission lance, pour 2014-15, le Pilot on Open Research Data, qui vise :

  • les projets relevant de : technologies émergentes, technologies de l’information et de la communication, de défis sociétaux et de climat, et de sciences avec et pour la Société. Les autres disciplines peuvent participer sur base volontaire
  • les données requises pour valider des résultats présentés dans une publication scientifique ; ainsi que les données visées dans un Data Management Plan (DMP) auquel s’engagent les bénéficiaires d’un projet
Et, dans ce cadre, les bénéficiaires concernés doivent :
  1. déposer l’ensemble de ces données dans un entrepôt de leur choix
  2. prendre des mesures pour que les données déposées puissent être accédées, indexées, exploitées, reproduites et disséminées sans coût supplémentaire à la charge de l’utilisateur
  3. fournir des informations concernant les outils utilisés pour valider les résultats de sa recherche
Certaines exemptions sont prévues…
Plus d’informations ? Voir les Guidelines on Data Management in Horizon 2020.

Cette présentation touffue – et admirablement menée – fut l’occasion de soulever quelques intéressantes questions comme :
-    la Commission européenne ne statue pas sur la plateforme que doivent utiliser les chercheurs pour déposer leurs données de recherche. Signalons que des initiatives privées commencent à fleurir comme figshare ou des initiatives
de service public comme NAKALA (porté par Huma-Num)…
A noter : vous êtes chercheur à l’ULB et vous souhaitez participer à ce pilote ? N’hésitez pas à prendre contact avec l’équipe de DI-fusion (di-fusion@ulb.ac.be) !
-    il serait certainement bienvenu que l’ULB se dote d’un Data Management Plan institutionnel, de façon à ce que chaque chercheur de l’ULB bénéficiant d’un financement européen puisse s’y référer
-    la Commission européenne va investiguer si un modèle gold équitable pourrait être défini…


Présentation donnée par Mme Ramjoué (en anglais) :

Comment déposer un texte complet dans DI-fusion :

Enregistrer un commentaire