Twitter - Bibliothèques ULB

mercredi 1 avril 2009

Fishsticks

Vous vous imaginiez que pour le 1er avril nous allions vous annoncer un grand tournoi de Mario Tennis Wii, la vente à un euro de tous les livres des silos ou la constitution d’un centre d’études sur le manga (avec collections en libre accès bien évidemment) : que nenni ! Les Bibliothèques de l’ULB est une institution sérieuse qui œuvre uniquement pour la culture, alors « culturons »- nous.

Que nous dit Wikipedia (oui je sais c’est l’outil-du-diable, il-ne-faut-jamais-utiliser-cela-quand-on-est-sérieux) : le poisson d’avril "est une tradition qui trouverait son origine en France, en 1564. Jusqu’alors, l’année aurait commencé fin mars, mais le roi de France Charles IX décida, par l’Édit de Roussillon, que l’année débuterait désormais le 1er janvier [...]. Si l’origine exacte de l’utilisation des poissons reste obscure (peut-être l’ichthus chrétien), la légende veut que plusieurs de ses sujets se rebiffassent à l’idée qu’on leur chamboulât le calendrier, et ils continuèrent à célébrer les environs du 1er avril. Pour se payer gentiment leur tête, des congénères profitèrent de l’occasion pour leur remettre de faux cadeaux et leur jouer des tours pendables. Ainsi naquit le poisson, le poisson d’avril, le jour des fous, le jour de ceux qui n’acceptent pas la réalité ou la voient autrement. Plusieurs usages semblent s’être en fait mélangés, avec celui du carnaval :

  • marquer la sortie du signe zodiacal des Poissons, dernier signe de l’hiver
  • prolonger la période du carême, où il n’était permis de manger que du poisson,
  • confondre le benêt en lui offrant un poisson à une époque de l’année, celle du frai, où la pêche était interdite."

La notice nous apprend en outre que cette tradition est respectée en Angleterre (April Fool’s day), Ecosse (Gowk ou Cuckoo), en Allemagne (Aprilscherz) ainsi qu’aux Pays-Bas, en Belgique, au Canada, en Italie, aux États-Unis, en Suisse ou même au Japon. Si vous n’avez que cela à faire aujourd’hui, il y des notices dans 41 langues (comme souvent c’est celle en anglais qui est la meilleure). Vous avez en outre des notices qui répertorient les meilleurs poissons d’avril en français et en japonais. Mais si c’est une liste de poissons qui vous intéresse, nous vous conseillons (et oui le bibliothécaire est avant tout un médiateur) cette ressource qui est très complète à partir de 2004.

Comme notre billet sur les livrels vous a convaincu d’en acheter un dès lundi, nous vous conseillons de l’étrenner avec l’opuscule de JOLIMONT, Théodore de : Monologie du mois d'Avril, poissons d'avril.- Moulins, Imprimerie de P.A Desrosiers, 1843.- 27 p. disponible à la Bibliothèque électronique de Lisieux. Google Books et Google Scholar vous proposent respectivement 814 et 544 titres traitant du poisson d’avril. Dans Gallica c’est 306 documents qui sont à votre disposition et dans Europeana seulement 28 (et oui c’est Europeana...).

Pour les amateurs d’images, c’est au Château-Musée de Dieppes qu’il faut se rendre, la série « Poisson d’avril » de l’immense collection de cartes postales Madame Hélène Meillassoux y a été déposée. C’est la référence absolue dans le domaine.

Pour ce détendre un peu, n’oublions pas que Poisson d’avril c’est aussi une charmante comédie de Gilles Grangier, dialoguée par Michel Audiard avec Bourvil, Louis de Funès, Annie Cordy et Maurice Biraud. Disponible à la Médiathèque.

Enfin, pour terminer, rendons hommage à deux insurpassables produits du génie humain (pour l’un on le pense vraiment) :




PS : Ne manquez pas le lancement du nouveau service Google Tisp.

Enregistrer un commentaire