Twitter - Bibliothèques ULB

lundi 30 mars 2009

Livrel, Liseuse, Bouquineur, Livre électronique, Ebooks reader…

Il y a deux semaines, nous vous parlions de sites donnant accès à des ebooks gratuits. La grande question soulevée par ces ressources admirables est toujours la même : comment faire pour les lire confortablement ?

On en avait beaucoup parlé en 2001 comme d’une révolution mais le livre électronique poussé par quelques startups aventureuses avait très vite disparu dans les limbes des échecs technologiques : machines peu ergonomes, confort de lecture inexistant, autonomie ridicule, prix démesuré… Quelques courageux pionniers avaient continué à lire électronique après la débâcle par exemple sur leur PDA : pratique pour passer le temps dans le train mais on restait dans l’utilitaire pur, sans grand plaisir.

Or depuis deux ans, une nouvelle génération de machines, produites par des géants de l’industrie (Amazon, Sony, Fujitsu, Samsung, en attendant Apple et Nintendo…), a fait son apparition. Basée la plupart du temps sur des technologies d’encre électronique, cette génération de livrels a de nombreux atouts pour nous donner envie de passer à la lecture électronique : facilité d’utilisation, format proche d’un livre de poche, capacité d’emporter des milliers de livres dans quelques centaines de grammes, confort de lecture tout à fait comparable au papier traditionnel (l’écran n’est pas rétro-éclairé comme celui d’un pc d’où aucune fatigue visuelle), autonomie gigantesque se comptant en milliers de pages (la machine ne consomme de l’électricité que quand on tourne de page),…


Alors certes, nous sommes encore face à une technologie jeune : on rêve d’écrans en couleurs ou plus grands, d’interfaces tactiles bien pensées, de plus d’ouverture du côté des formats de fichiers supportés ou de prix de ventes un peu moins élevés (le prix d’un livrel tourne autour de 200-300 euros mais est vite rentabilisé vu le coût des livres imprimés et l’offre existante de titres gratuits). Tout cela va d’ailleurs arriver au cours des mois qui viennent.

Il n’empêche que quand on à la chance de manipuler une des machines existantes, le scepticisme initial (autre exemple ici) s’évapore et on se dit bien vite que le livre électronique est avant tout un livre, tout simplement… Faire oublier totalement qu’il s’agit d’un objet technologique est déjà une preuve de réussite.

Pour vous faire découvrir la lecture électronique sous toutes ses formes, les Archives et Bibliothèques ont décidé d’organiser une journée consacrée à cette question le 24 avril prochain. Au programme :
  • Des conférences pour découvrir les usages personnels, professionnels, scientifiques, pédagogiques ou ludiques des outils de lecture d’aujourd’hui et de demain.
  • Des démos des différents modèles et technologies de livres électroniques : livrels, netbooks, Iphone, lecteurs mp3, consoles de jeu.
  • Des exemples d’utilisation de contenus gratuits (romans, presse, méthodes de langue, syllabus, mangas, archives,…).
  • Des démonstrations de numérisation d’ouvrages par la Digithèque.

Plus d’infos pratiques très bientôt sur le programme détaillé de la journée. En attendant, si vous voulez plus d’infos sur les livrels, consultez l’incontournable blog Aldus ou la très bonne étude de Marie Lebert : Une courte histoire de l’ebook.

Enregistrer un commentaire